Abonnez-vous pour recevoir les courriels de la Paroisse

S'abonner

Recevez les courriels de mise à jour de la Paroisse ainsi que l'homélie de l'abbé Yves Mayer à chaque semaine
Indiquez votre nom et votre adresse de courriel puis appuyez sur "S'abonner"

S'incrire à une messe

  • image

Comment donner?

  • Comment donner?

Homélie de la semaine

18e Dimanche ordinaire: 2 août 2020

Pour lire l'Évangile

https://www.prionseneglise.fr/textes-du-jour/evangile/2020-08-02

 

HOMÉLIE: 18e Dimanche ordinaire

 
Après ses enseignements sur le Royaume des cieux, Jésus apprend la mort de Jean Baptiste... Aux yeux des grands et des puissants, la vie de Jean ne valait donc pas plus qu’un tête sur un plateau ! S’il en est ainsi, la sienne que vaut-elle ? Alors Jésus ressent le besoin de se retirer pour réfléchir et pour prier... pour penser à son avenir et à sa mission.
 
Mais la foule des pauvres et des petits, à l’inverse des grands et des puissants, a été frappée par son enseignement et ses paroles d’espérance. Elle ne veut pas le perdre. Elle ne veut pas s’en éloigner. Elle contourne le lac pour aller le rejoindre et l’écouter à nouveau. Elle a faim et soif de sa Parole ! Elle a découvert en lui quelqu’un qui les accueille, qui désire partager leur vie et leurs espoirs. En les voyant, de nouveau Jésus est pris d’émotion, saisi de compassion, nous dit Matthieu. Alors, il écoute, encourage, soigne encore ceux et celles qu’il peut toucher. 
 
Ne pourrait-on pas dire que la foule des pauvres et des petits avait trouvé en Jésus un trésor pour leur vie, une perle précieuse pour leur bonheur, une lumière pour éclairer leurs pas ! N’avait-elle pas trouver, cette foule, la voie d’entrée dans le Royaume des cieux ? Consciemment ou inconsciemment, ces gens avaient trouvé en Jésus, le Messie tant espéré. Sa Parole, sa présence était la voix et l’inauguration du Royaume des cieux. 
 
Mais le jour baisse... Les disciples de Jésus lui suggèrent de renvoyer cette foule pour qu’elle aille dans les villages pour se trouver à manger. Mais Jésus a cette réponse étonnante, déconcertante: “Ils n’ont pas besoin de s’en aller. Donnez-leur vous-mêmes à manger.” Tout ce que les disciples réussissent à trouver, c’est cinq pains et deux poissons ! Reprenant la formule liturgique de l’eucharistie, Matthieu mentionne que Jésus a prononcé une bénédiction, qu’il a rompu les pains et demandé aux disciples de les distribuer à la foule. Résultat, cette foule de plusieurs milliers de personnes mangent à sa faim et on ramasse même des surplus de nourriture après le repas. 
 
Que nous dit cette “multiplication des pains et des poissons ?” Elle nous rappelle que l’amour et la miséricorde de Dieu sont sans limites. Dieu comble ceux et celles qui mettent en lui leur espoir bien au-delà de leurs demandes. C’est comme s’il disait: “Votre ventre crie famine ? J’ai encore beaucoup plus à vous donner !” Ce que me fait penser à cette autre phrase de Jésus, dans l’Évangile de saint Jean, cette fois: il dit à la Samaritaine ... “Si tu savais le don de Dieu... Si tu connaissais celui qui te demande à boire ...” 
 
Reconnaître la présence et le cadeau que Dieu nous fait en son Fils, Jésus ! Le reconnaître, l’accueillir et l’apprécier. Mais Jésus sait qu’il ne serait pas toujours physiquement présent aux habitants de la terre. C’est pourquoi il n’a pas dit aux disciples: “Attendez une minute. Je vais multiplier les pains et les poissons pour que tous puissent manger.” Non, il leur a dit: “Donnez-leur vous-mêmes à manger”. Il leur a dit, “J’ai besoin de vous pour distribuer la nourriture dont cette foule a besoin.” J’ai besoin de vous pour nourrir cette foule de votre foi, de votre espérance, de votre amour. J’ai besoin de vous car je dois retourner vers le Père et vous devez devenir les signes de ma nouvelle présence auprès des pauvres et des petits qui crient vers Dieu.
 
C’est pourquoi l’Église est encore là, aujourd’hui. Elle est là pour rendre Jésus ressuscité présent au monde par son témoignage d’amour et d’espérance. Nous sommes les disciples à qui Jésus demande de donner à manger à ceux qui ont faim. Ça ne veut pas dire que nous recevons le don de faire des multiplications de pains: mais ça veut dire que nous pouvons voir à ce que le pain quotidien de tous les humains leur soit donné puisque Dieu y a pourvu. Notre terre peut nourrir tous ses habitants. Des millions de personnes manquent cependant de nourriture parce que des riches et des savants s’en mettent trop dans leurs coffres et volent ce qui est dû aux plus petits. Nous sommes les disciples du partage et de la répartition des biens de Dieu sur la terre ! Peut-être qu’un jour, il nous faudra prendre cette invitation au sérieux.
 
Yves, ptre 
Air Jordan 1 Low Emerald Rise/White-Black For Sale