Abonnez-vous pour recevoir les courriels de la Paroisse

S'abonner

Recevez les courriels de mise à jour de la Paroisse ainsi que l'homélie de l'abbé Yves Mayer à chaque semaine
Indiquez votre nom et votre adresse de courriel puis appuyez sur "S'abonner"

S'incrire à une messe

  • image

Comment donner?

  • Comment donner?

Homélie de la semaine

15e Dimanche ordinaire: 12 juillet 2020

HOMÉLIE - ORDINAIRE 15 - A

12 juillet 2020
 
En méditant cette semaine, ces textes d’une richesse extraordinaire,  je me suis rendu compte encore une fois combien notre Dieu est le Dieu de la vie. Alors qu’on s’acharne souvent à présenter Dieu comme un juge, un examinateur qui scrute et évalue la moindre faute, incartade, ou faiblesse, ces textes nous redisent qu’il n’en est rien.
 
Notre Dieu n’est pas le Dieu du jugement, mais il est le Dieu de la vie, le Dieu de l’espérance ! Que devons-nous retenir de ces textes aujourd’hui ? Écoutons-les bien ... “ainsi ma parole qui sort de ma bouche ne me reviendra pas sans résultat, sans avoir fait ce qui me plaît, sans avoir accompli sa mission.”  Sa mission, nous laisse entendre Isaïe, est de donner la semence au semeur et le pain à celui qui doit manger. Dieu est celui qui sème dans l’univers un programme, un destin, une invitation au bonheur, une espérance d’être nourri, désaltéré, élevé jusque dans la vie éternelle. Dieu est celui dont la parole est vie, dont la parole est nourriture, dont la parole est lumière ! Ce qui m’a fait penser que lorsqu’on est invité à une liturgie de la Parole, on ne devrait jamais refuser l’invitation. Une Liturgie de la Parole, c’est l’Église qui proclame la Parole de Dieu et l’offre pour notre réconfort, pour nourrir notre foi, pour nous inviter à la partager dans un élan missionnaire pour notre monde de 2020. Et quand nous célébrons l’eucharistie, comme aujourd’hui, prenons bien conscience que c’est une liturgie de la parole qui nous y conduit: sans liturgie de la parole, pas de messe ! La Parole est la semence qui ouvre le chemin à l’action de grâce = l’eucharistie.
 
L’apôtre Paul étend même l’action de la Parole de Dieu à toute la création: “elle a gardé l’espérance, dit Paul, elle aussi, d’être libérée de l’esclavage de la dégradation, pour connaître la liberté de la gloire donnée aux enfants de Dieu.” En termes de pensée écologique, il nous faut comprendre, à la suite du Pape François, que la planète, notre maison commune, est appelée par Dieu à renaître dans la dignité que l’humanité lui enlève présentement en la dégradant. La Parole de Dieu a aussi pour mission de sauver la planète .... Peut-être nous faudrait-il approfondir ce nouvel aspect de notre foi. Le monde évolue, notre foi devrait en faire autant à la suite de s. François d’Assise, du Pape François et de tant d’autres, à travers le monde qui nous invitent à une spiritualité plus globale.
 
Et pour réaliser tout cela, Jésus nous dit  dans une parabole magistrale: “Voici que le semeur est sorti pour semer.” Et que sème le semeur ? “La parole du Royaume,” selon les mots mêmes de Jésus. C’est une parabole-clé pour comprendre l’Évangile du Christ. C’est une parabole incontournable pour saisir l’identité et l’être même de Dieu, ainsi que la mission qu’il nous confie. “Voici que le semeur est sorti pour semer.” ... Dieu sort de lui-même, pour ainsi dire, afin de rejoindre le monde, rejoindre la nature et ceux qu’ils a créés pour être ses enfants. Il sème sa parole, sa parole de vie, sa parole d’espérance, sa parole qui libère. Chose dès plus étonnantes, il sème sans calcul, sans réserve. Il jette autant sa semence dans les ronces, sur le bord du chemin, que dans la bonne terre. Comprendrons-nous un jour l’amour inconditionnel de Dieu ? Ce qu’il a à offrir, il l’offre à tous, à toutes, sans discrimination entre les beaux et les laids, les bons et les mauvais, les sages et les idiots. Il offre sa semence, sa parole à tous, à toutes car son amour, déjà répandu dans le coeur de toute l’humanité, pourrait surgir de n’importe quel de ses enfants, car tous sont ces enfants !
 
Jésus nous explique cependant que sa parole toute puissante, sa semence généreuse n’est pas un bulldozer qui fait ployer ou s’écraser les gens. Elle est une invitation à la liberté de chacun, chacune. Dépendant de notre réponse, de notre ouverture, de nos intérêts plus ou moins égoïstes, on pourrait refuser de laisser la semence grandir en nous. On pourrait aussi, et c’est son espérance, nous laisser touchés par son amour et enlever les entraves qui empêchent la parole de porter du fruit et devenir un bon terreau pour l’annonce de cet Évangile, bonne nouvelle. Alors, semons, nous aussi ! Au fil des saisons, au fil du chemin, comme une obsession, semons comme Lui. en toute confiance, sans calculer, semons. Ça peut paraître fou, mais ne doutons plus des possibles: semons. Ces dernières phrases sont d'une chanson que je viens de découvrir et qui reprend ces mots en changeant le verbe "semer" par le verbe "aimer". Bonne écoute !
 
Que notre célébration nous ouvre toujours davantage le coeur pour recevoir de Dieu son amour et sa mission. Puissions-nous contempler, cette semaine, l’action du semeur divin qui nous offre l’espérance dont notre monde a tellement besoin.
 
superbe chason/vidéo où l'on change le mot semer pour aimer. Belle illustration de l'Évangile. Sur Google, taper Le Semeur/Joel Murner 
 
Yves Mayer
Après lecture et méditation de la Parole
Nike Air Zoom Pegasus