Abonnez-vous pour recevoir les courriels de la Paroisse

S'abonner

Recevez les courriels de mise à jour de la Paroisse ainsi que l'homélie de l'abbé Yves Mayer à chaque semaine
Indiquez votre nom et votre adresse de courriel puis appuyez sur "S'abonner"

S'incrire à une messe

  • image

Comment donner?

  • Comment donner?

1er Dimanche du Carême - 2021

1er Dimanche du Carême  - 2021

 
Une des belles et des grandes révélations que la Bible nous offre, c’est de présenter Dieu comme le Dieu d’une alliance. Dans une alliance, il y a deux parties qui s’unissent en établissant des liens régis par des lois et des codes. “Je serai votre Dieu, vous serez mon peuple”, dit Dieu, aux descendants d’Abraham avec qui il a conclu un pacte.
 
Mais aujourd’hui, nous avons en quelque sorte, une première alliance, avant celle d’Abraham, une alliance que Dieu a conclue avec l’humanité entière. Après avoir manifesté, ce que j’appellerais,  l’immensité de son Amour en créant  le monde et tout ce qui l’habite, Dieu éprouve une grande déception. Sa création ne répond pas à son amour. Caïn a tué Abel. Dieu constate que les humains se multiplient sur la terre mais en faisant le mal. Alors il se repent d’avoir créé l’homme et la femme. Il décide d’envoyer un déluge sur la terre qui va tout noyer: hommes, bêtes et végétation. 
 
Mais comme on le découvrira plus tard, Dieu a un “défaut” caché : il ne peut s’empêcher de chercher et de trouver quelqu’un de droit, de juste parmi les infidèles. Il ne peut se résoudre à penser que tous sont mauvais. Il découvre alors Noé. C’est avec lui qu’il conclut une alliance éternelle. Jamais plus il ne cherchera à détruire l’humanité. Noé et tout ce qui était monté dans l’arche, vont survivre et seront ainsi comme les prémices d’une seconde création. On repart à neuf. Une création qui portera un étendard d’espérance, l’arc-en-ciel, cet arc qui relie la terre et le ciel dans la totalité des couleurs du monde sera là, toujours, pour rappeler, non pas aux hommes, mais à Dieu son serment envers les humains. Dieu est le Dieu de l’alliance. Et il s’engage à toujours appeler à la conversion et à la vie ceux qui ont opté pour le péché et la mort.
 
Nous avons prié, tout-à-l’heure, ce magnifique psaume: “Rappelle-toi, Seigneur, ta tendresse, ton amour qui est de toujours... Dieu enseigne aux humbles ton chemin.” Et si on se tourne maintenant vers l’Évangile, on retrouve Jésus, poussé au désert par l’Esprit Saint, après son baptême. Saint Marc ne s’alourdit pas de discours, de démonstrations, de développements, d’enseignements.... il est toujours bref et succinct. Mais il dit une chose étonnante. “Il (Jésus) vivait parmi les bêtes sauvages, et les anges le servaient.” C’est l’image originelle du jardin d’Éden ....  harmonie et paix. Pas de lutte, pas de convoitise. Aucune créature n’attaque une autre créature. Jésus est, pour Marc, celui qui ne succombe pas au mal et vit en parfaite harmonie avec l’univers. Plus encore, la mention des anges suggère la communication entre Jésus et son Père. La terre et le ciel sont connectés: l’arc-en ciel en est l’image. Le Fils de Dieu est venu parmi nous. L’alliance de Dieu avec l’homme se renouvelle avec Jésus pour prendre un nouveau départ.
 
“Les temps sont accomplis: le règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à l’Évangile.” C’est le coup de départ de la marche que nous avons entreprise mercredi dernier, mercredi des cendres. Un monde nouveau est à nos portes, un monde où nous sommes invités à discerner la présence de Jésus qui établit ce règne de Dieu; ce Jésus qui signe avec nous une alliance qui se nourrit de foi, d’espérance et d’amour. Une alliance dont l’arc-en-ciel est le signe et la beauté. Une alliance qu’on ne saurait vivre sans l’établir entre nous, citoyens du monde. Une alliance qu’on ne saurait vivre sans un engagement en faveur du respect de la nature et des animaux. 
 
Il ne reste que 36 jours à notre Carême. Si vous faites le calcul, n’oubliez pas, on ne compte pas les dimanches comme des jours de Carême. Les dimanches sont toujours des jours de résurrection. Alors 36 jours pour débusquer la présence de Jésus dans nos vies et dans notre monde, une présence qui construit, avec nos mains, nos pieds, nos paroles et nos gestes, un monde nouveau, un monde à l’image du rêve de Dieu pour nous. Bonne marche !
 
 
Yves