Abonnez-vous pour recevoir les courriels de la Paroisse

S'abonner

Recevez les courriels de mise à jour de la Paroisse ainsi que l'homélie de l'abbé Yves Mayer à chaque semaine
Indiquez votre nom et votre adresse de courriel puis appuyez sur "S'abonner"

S'incrire à une messe

  • image

Comment donner?

  • Comment donner?

2e Dimanche de l'Avent 2020

Avent  - 2 - 

 
Espérer sa PRÉSENCE ... Tel est le thème de notre Avent 2020. Oui, l’Église nous invite à tourner notre regard, notre coeur, notre espérance vers Celui qui est, qui était et qui vient; vers ce Jésus, Sauveur de l’humanité.
 
Il est PRÉSENCE aujourd’hui, mais nous l’espérons dans une nouvelle PRÉSENCE, celle qui nous comblera de paix, de joie, définitivement et pour toujours. 
 
L’Avent, c’est un temps de “conversion” comme on disait auparavant. C’est un temps de retournement, dirions-nous aujourd’hui. Détourner nos regards de ce qui nous invite à nous replier sur nous-mêmes. Détourner nos coeurs de ce qui les remplit d’égoïsme et de suffisance. Détourner nos espérances de ce qui ferait notre bonheur en excluant les autres, en poursuivant notre recherche de plus d’argent, plus de grosses voitures polluantes. Oui, nous détourner de cela pour accueillir Celui qui ouvre nous ouvre aux autres. Celui qui brise nos égoïsmes et nos suffisances. Celui qui éclaire le vrai bonheur qui est d’aimer et de respecter la création.
 
Dans le très beau texte d’Isaïe que nous avons lu tout-à-l’heure, ce texte de la consolation d’Israël, le prophète annonçait la venue du Sauveur. Une venue préparée par tout un peuple ! Une venue qui cristallisait une attente, une espérance. 
 
500 ans plus tard, alors que le peuple a connu des hauts et de bas dans cette attente, arrive Jean-Baptiste. Il est le messager qu’Isaïe a annoncé. Il vient du désert, ce territoire de la souffrance, de l’indigence et de la rencontre avec Dieu. Il annonce qu’il est là, Celui qu’on attendait. Il est puissant, fort... Lui plongera le peuple (le baptisera) dans l’Esprit Saint.
 
Qu’est-ce à dire ? Jean-Baptiste pressent que Jésus sera celui qui ouvrira le Royaume non plus en lavant les fautes comme lui le fait dans l’eau du Jourdain ou que les prêtres le font au temple par les sacrifices. Non, Jésus ouvrira le royaume en faisant entrer l’Esprit de Dieu dans le coeur de chaque personne qui le désire.
 
“Consolez, consolez mon peuple”, dit Dieu. Cette parole nous rejoint encore aujourd’hui. Oui, nous avons toujours besoin de consolation. Spécialement en ce temps de covid. En ce temps qui nous privera, cette année, des rencontres si bienfaisantes que sont les repas de Noël en famille et entre amis, en ce temps de quasi confinement où le moral s’épuise avec les mois et les semaines qui se succèdent. Mais il y a une expression qui est reprise quotidiennement dans les médias depuis une semaine qui m’irrite royalement: “Noël a été annulé” . C’est une grosse exagération. Des manifestations de joie ont été annulées, mais pas la joie de Noël. Pas l’essence de cette fête.
 
Nous allons célébrer, probablement le plus modestement qu’on ne l’a jamais fait... mais nous allons célébrer Noël quand même. Nous allons célébrer la présence de  Jésus. Comme saint Marc nous l’a présenté, ce Jésus c’est le Christ, le Fils de Dieu. Ce Jésus a pris notre condition humaine et la garde encore aujourd’hui. Il l’a amenée jusque dans le coeur de son Père. Notre joie, c’est de savoir que notre vie en situation de pandémie touche le coeur de Dieu, qu’il en ressent les effets et qu’il tient à s’approcher de nous de différentes façons dans ce quotidien qui est le nôtre.
 
Il s’approche de nous dans le silence de nos prières. Oui, sa Présence dans nos prières est un baume et une invitation à lever la tête. Il s’approche de nous dans ceux et celles qui partagent notre toit: conjoint, enfants, parents. À travers eux, à travers leur tendresse et leur amour, c’est sa tendresse et son amour qui nous rejoignent. Il s’approche de nous par le truchement des plates-formes internet. Via ces plates-formes, que de créativité, que de consolation ! Il s’approche de nous par l’espoir d’un vaccin qui arrivera bientôt, beaucoup plus tôt que le temps habituel pour composer et transmettre ces vaccins.
 
ESPÉRER SA PRÉSENCE .... Croire à sa présence dans nos vies et dans le monde. Voilà qui peut faire de nous des missionnaires de la bonne nouvelle dans notre milieu. Voilà comment nous pouvons nous préparer à vraiment fêter Noël dans un coeur décoré comme une crèche,
 
Yves