Abonnez-vous pour recevoir les courriels de la Paroisse

S'abonner

Recevez les courriels de mise à jour de la Paroisse ainsi que l'homélie de l'abbé Yves Mayer à chaque semaine
Indiquez votre nom et votre adresse de courriel puis appuyez sur "S'abonner"

S'incrire à une messe

  • image

Comment donner?

  • Comment donner?

La Toussaint-2020

 MESSE DE LA TOUSSAINT

1er novembre 2020
 
https://www.prionseneglise.fr/textes-du-jour/evangile/2020-11-01
 
Je suis content quand la fête de la Toussaint tombe un dimanche. Elle a préséance sur le calendrier ordinaire de la liturgie. Je suis content parce que cette fête, dans le fond, est celle de l’Église entière. La toussaint, c’est l’Église en fête. On célèbre dans cette mémoire tous les baptisés présents, passés, futurs qui cherchent ou ont cherché dans leur vie à suivre le Christ.... et aussi, et il faut bien le reconnaître,  tous ceux et celles qui, bien que n’ayant pas été baptisés, vivent ou ont vécu en ce monde comme des reflets de la lumière de Dieu.
 
Baptisés, nous avons cette invitation: suivre les pas de Jésus; modeler nos vies sur son amour, son exemple, son projet pour le monde; accueillir et intégrer les béatitudes que Jésus nous propose pour notre vie, notre bonheur et celui du monde. Car avec Jésus, il est TOUJOURS question de dignité, de respect, de reconnaissance d’une égalité fondamentale entre tous les humains. Il est TOUJOURS question de relever ceux qui tombent, de guérir ceux qui peinent, de pardonner à ceux qui nous ont offensé, de partager les joies et les douleurs des autres. Avec Jésus, il ne saurait être question de semer la peur, la division, le mensonge, l’indifférence, l’exclusion même si cela est considéré comme un moyen de vivre mieux. Trop de nos contemporains portent ces anti-valeurs comme source de succès. Nous saurons peut-être cette semaine ce que nos voisins vont choisir.
 
Porter l’Évangile, ce n’est jamais brandir une accusation. Porter l’Évangile, c’est annoncer une Bonne Nouvelle, c’est inviter à l’humilité et à la solidarité. J’ai été frappé par la réaction du Pape François cette semaine quand on lui a annoncé l’attentat terroriste de la cathédrale de Nice. Le journaliste a rapporté ses paroles mais je soupçonne que peu ont saisi la profondeur et la lumière de ses mots. Il a simplement dit: “Nous sommes tous frères”. Voilà le chemin sur lequel les Béatitudes nous mènent ... vivre en frères et soeurs ! Vivre en reconnaissant ce lien grandiose mais oh combien fragile qu’est la fraternité.
 
Relisez les béatitudes: elles nous annoncent que nous sommes enfants de Dieu et que nous sommes tous frères et soeurs. Le Pape a même nommé sa dernière encyclique: Fratelli tutti ... tous frères ! Le Pape voulait ainsi dire à ce jeune musulman extrémiste qu’il avait tué ses soeurs et son frère. Le Pape voulait aussi nous dire que ce jeune musulman est notre frère !
 
Voilà où nous mènent les Béatitudes: elles nous conduisent sur un chemin de lumière. La lumière de Dieu. La seule qui peut éclairer les coeurs. La seule qui dévoile que la matière fondamentale avec laquelle Dieu nous a créés, c’est l’amour puisque lui n’est que cela, AMOUR. 
 
Alors saint Jean, dans l’Apocalypse mentionne deux groupes d’élus, de personnes qui entrent dans le Royaume de Dieu. Les 144 000 .... chiffre symbolique qui suggère la totalité. Ce sont les baptisés, tous les baptisés qui recherchent à transmettre la lumière reçue à leur baptême. 144 000 marqués du sceau, du baptême. Puis, cet autre groupe, une foule immense, une foule que nul ne pouvait dénombrer... des gens portant la robe blanche, la robe des noces, la robe couleur lumière de Dieu puisqu’ils ont projeté les qualités de Dieu sur leurs prochains.
 
On se rend compte alors que c’est la vie, notre vie qui nous fait entrer dans le royaume de Dieu. Ce n’est pas qu’un cadeau donné après la vie. C’est une joie partagée de Dieu à nous, chaque fois que nous faisons le bien, chaque fois que notre vie laisse passer la lumière de Dieu jusque dans le coeur d’une personne blessée. On dit que les élus en mourant, entrent dans l’éternité. Moi je pense que l’éternité est déjà commencé en nous.
 
La Toussaint, c’est alors la fête des saints reconnus pas l’Église, reconnus et donnés en exemple. C’est aussi la fête de nos proches, de nos amis décédés qui nous ont aimés et guidés et qui continuent de le faire. Mais c’est aussi la fête des croyants et des croyantes qui se savent en communion avec ces multitudes qui vivent dans et pour le Christ. 
 
Célébrons et rendons grâce à Dieu pour son amour et sa miséricorde qui nous transforment en hommes, en femmes, marchant dans la vie en cherchant à devenir toujours davantage filles et fils de Dieu, soeurs et frères de tous les humains.
 
 
Yves