Abonnez-vous pour recevoir les courriels de la Paroisse

S'abonner

Recevez les courriels de mise à jour de la Paroisse ainsi que l'homélie de l'abbé Yves Mayer à chaque semaine
Indiquez votre nom et votre adresse de courriel puis appuyez sur "S'abonner"

Comment donner?

  • Comment donner?

1er dimanche du Carême: 1er mars 2020: Homélie

Pour lire l'Évangile: https://www.prionseneglise.fr/textes-du-jour-evangile/2020-03-01

 

 

Pour situer la "progression" dans les textes évangéliques du Carême, je commence en vous exposant la première homélie. Je suis conscient qu'elle date déjà de quelques semaines, mais cela pourrait vous éclairer dans notre marche du Carême.

                                                  CARÊME - 1 -

         Le thème de notre Carême: GRANDIR DANS LA FOI . Nous chantons en ce Carême, “Baptisés en Jésus, nous croyons en lui, proclamons notre foi.” Grandir, croître dans la foi ! C’est un beau projet. Et si, aujourd’hui, on se fixait un idéal de croissance. Grandir, c’est se développer.... alors on aimerait développer quoi en ce carême 2020 ?

 

         Si aujourd’hui, on visualisait quelle sera notre taille dans la foi au matin de Pâques ! Par exemple, au matin de Pâques, moi, j’aimerais pouvoir accueillir la lumière du ressuscité avec une joie que je n’ai jamais connue auparavant. Une belle joie, une joie qui me remplit de lumière. Beau projet de Carême que celui-là !

 

         Au matin de Pâques, j’aimerais pouvoir avoir le coeur plein de reconnaissance pour le baptême que j’ai reçu. Oui, être dans l’action de grâce pour le don que Dieu m’a fait et qui me fait vivre encore aujourd’hui !

 

         Au matin de Pâques, j’aimerais avoir le goût et la force de témoigner du don de Dieu autour de moi. Oui, Jésus est ressuscité et il m’accompagne tous les jours de ma vie.

 

         Grandir dans la foi ! Mais le Carême est aussi un temps passé dans le désert. Un temps de remise en question. Un temps d’épreuves, de tentations, de vulnérabilités. Vous, savez, on n’a pas à aller bien loin pour trouver cela. Ouvrons tout simplement les yeux et les oreilles. Notre monde, notre société, notre milieu familial, presque tout nous remet en cause et déprécie notre vie de foi.

 

         ``La foi, ben, voyons donc ! On n’est plus là, aujourd’hui. Arrive en ville. Le foi, c’est mauvais.... ça divise les gens, ça suscite la violence.... ça infantilise.... ça nie la réalité et nos valeurs laïques.`` Nous sommes déjà au désert. Alors quelle voix voulons-nous écouter ?

 

         Ensemble, vous et moi, nous voulons, cette année, grandir dans la foi. Mais ce qu’il y a d’extraordinaire, c’est que cette foi qui est la nôtre, elle jaillit dans le désert. Nous n’avons pas à craindre ou à nous méfier. Comme Jésus, l’Esprit nous guide au désert. Ne laissons pas la peur nous guider. Regardons Jésus.... prenant appui sur la Parole de Dieu, il déjoue les pièges, les leurres du tentateur. Et ce même Jésus nous apprend encore aujourd’hui à porter fièrement cette Parole comme une lumière sur nos pas.

 

         Le jeûne, la prière et le partage. Être en relation avec notre coeur... être en relation avec Dieu.... être en relation avec les autres. Jeûner pour enlever ce qui est accessoire, ce qui nous alourdit afin de retrouver l’essentiel. Prier pour ensuite ouvrir la porte à Dieu pour qu’il trouve en nous sa place, une place dépouillée que l’amour seul remplit de sa présence. Partager pour rejoindre les appels de ceux et de celles qui ont besoin d’aide, besoin de dignité, besoin d’attention. Rejoindre ainsi, Jésus qui nous attend en chacun-chacune d’eux et d’elles.

 

         Ce Carême n’est donc pas un temps de sacrifices... mais un temps pour redécouvrir le vrai sens de notre foi. Pour grandir dans la foi. Que le Carême 2020 fasse disparaître à tout jamais les “faces de Carême” qui se mortifient, se sacrifient, s’humilient... Le Carême est un chemin de joie qui conduit au matin de Pâques.

 

         Aujourd’hui, le récit de la Genèse nous questionne. “En qui mettons-nous notre foi ?” Jésus au désert, Jésus affaibli par 40 jours de jeûne, nous invite à nous alimenter à la Parole de Dieu. Choisir la Parole de DIEU, c’est choisir la vie. Baptisés en Jésus, nous vivons de sa vie, sa vie de ressuscité.

 

(Le texte de cette homélie est le produit de différentes lectures et d'un temps de médiation que je me suis donnés.)

 

Yves, ptre