Abonnez-vous pour recevoir les courriels de la Paroisse

S'abonner

Recevez les courriels de mise à jour de la Paroisse ainsi que l'homélie de l'abbé Yves Mayer à chaque semaine
Indiquez votre nom et votre adresse de courriel puis appuyez sur "S'abonner"

S'incrire à une messe

  • image

Comment donner?

  • Comment donner?

Ordinaire -33

ORDINAIRE - 33 -

15 novembre 2020
En pleine pandémie, nous nous disons peut-être que puisque nous sommes “isolés”, confinés dans nos demeures et séparés des personnes qui nous sont chères, il n’y a pas grand chose à faire que d’espérer que le corona virus disparaisse au plus vite. Et sur ce souhait, force est de constater que nous n’avons pas beaucoup de prise. La patience est de mise !
 
Le temps nous semble alors morose. Les fêtes s’en viennent et on a bien l’impression qu’on ne fêtera pas bien fort, cette année. Beaucoup de nos proches sont déprimés et brassent des nuages sombres dans leur tête. Même Dieu nous semble confiné dans son ciel entretenant que peu de contacts avec les humains.
 
Mais chose étonnante, poussés par une espérance ou même une simple habitude reliée au dimanche, nous sommes ici, en personne ou via YouTube, pour célébrer notre Dieu. Un Dieu qui a toujours une parole de vie à nous adresser. Sommes-nous venus pour l’écouter ? A-t-il vraiment quelque chose à nous partager?
 
On est à l’avant-dernier dimanche de l’année avant d’entrer dans la préparation d’une nouvelle année qui va s’ouvrir avec Noël. Quelque chose de beau et de bon se prépare. La “Nativité”.... le rappel de ce que Dieu a fait pour se faire plus proche de nous: devenir l’un des nôtres ! Noël, c’est un futur proche.
 
La Parole de Dieu, nous invite aujourd'hui à porter notre regard sur la fin des temps, ce temps où Jésus reviendra dans la gloire. Ce temps qui prends cependant plus de temps à venir qu’on ne l’aurait souhaité. Mais ce temps, Jésus nous invite à l’accueillir comme un futur proche... toujours proche de ceux et celles qui espèrent puisque Jésus nous rejoint si souvent dans le quotidien de nos vies.
 
Un homme partit en voyage (donc pas pour toujours !) et confia tous ses biens à ses serviteurs. C’est une somme énorme ! Un talent équivalait à 15 années de salaire. Quelle grande confiance il leur donne ! Il donne à chacun selon ses capacités. Il s’attend à ce que chacun fasse fructifier le don reçu ! 
 
Que nous dit ce geste du propriétaire ? Il nous suggère qu’il est généreux, qu’il aime faire confiance, qu’il connaît bien ses serviteurs et leurs capacités. Il ne demande à chacun que le possible dont il est capable. Qui ne voudrait avoir un tel patron ? Qui ne voudrait s’investir dans la confiance puisque la sienne est si grande envers nous ?
 
Que nous dit cette parabole de nous ? Elle nous apprend que nous avons reçus de  Dieu tant de dons, de talents, de possibilités de croissance qu’être reconnaissants, c’est faire fructifier tout cela. Et quand on met ainsi notre vie au service des autres, nous rejoignons déjà celui qui doit venir à la fin des temps dans la gloire. Son Royaume s’installe ainsi dans notre monde par chaque personne qui fait de sa vie reçue comme un don de Dieu, une vie pour les autres. Voilà la Bonne Nouvelle.
 
Alors, en temps de pandémie, comment nos vies peuvent-elles profiter au bien des autres ? Avec audace, imagination, persévérance, nous pouvons trouver à partir de nos talents des moyens de rejoindre les autres (téléphone, internet, courrier, salutation par la fenêtre, envoi d’une petite boîte de biscuits ou d’un livre, services à la paroisse, à la St-Vincent-de-Paul, Centre alimentaire....). Nos talents, mis au service de ceux qui nous sont proches sont des horloges qui font “advenir” la présence du Christ. "Chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ses petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait !” Soyons lumières comme le dit saint Paul. Soyons porteurs de confiance et d’espérance.
 
 
Yves